2A.Galice 2011

Portfolio de la virée effectuée en mai /juin 2011 . c’est un peu comme un blog, c’est en fait le meilleur moyen de classer les photos de vacances que s’astreindre à les mettre en ligne. Gros intérêt pour moi , ça m’économise une clef usb et je peux consulter tout ça depuis n’importe où : c’est fou l’an 2000 (et des poussières) ! Bon , certains trouveront qu’il y a que des photos de chien, de spots de glisse , d’apéros au coucher de soleil , de cellule et de paysages et bien peu de culture ni de spiritualité mais bon tailler la route hors saison le long de la mer avec le chien , la vlanche à poil, Desproges et Deep Purple au rythme de Suzie ... trop bon. "Gentlemen, start your engines !"

Valdovinio, village de la cote galicienne, repéré sur gouggleuh est le but du voyage mais surtout le prétexte à caboter le long du North shore espagnol pour refaire un peu de funboard et de surf comme dans les années 80. j’ai prévu de pousser jusqu’au Portugal voir un peu ce spot de Viana do Castelo et de rentrer tranquille par le centre de l’Espagne. C’est la première grosse virée avec la cellule et l’occasion de valider différents trucs avant de partir sur des destinations plus lointaines ou moins confortables. Pas d’impératif de temps ; juste une envie de vagues, de paysages , de vent , de solitude partagée avec un chien très convivial J’ai pris des notes et fait des photos avec un petit numérique tout au long de ces 2 mois et en met ici une sélection chronologique Bon , ben y’a plus qu’à ... L’ensemble est quasi fini , mais malgré les préparatifs de dernière minute , le porte moto n’est pas opérationnel et je n’emmènerai que la trotinette grandes roues de ma fille qui s’avérera un outil formidable de découverte . Le porte motos me servira de marche pieds et de porte jerrycan et le pick up , équipé seulement de lames renforcées verra ses ambitions tout terrain très limitées. Départ à la fraiche d’Annecy , par la route des Echelles, La Placette , traversée de Grenoble en soirée et montée vers le lac de barrage de Monteynard sous les étoiles. C’est la séquence "nostalgie" : cette route , c’est celle des vacances au sud depuis 40 ans , c’est les longues études à Grenoble et l’apprentissage du funboard au chateau d’Herbelon dans les années 80.


Bivouac au centre de planche, le lac est très bas ; à l’époque j’avais posé la caravane de beau papa à droite du chateau pendant quelques mois : café au chateau, thèse le matin à la Fac, funboard l’après midi et arrivée des copains d’Annecy le we:ah on en a bavé cet été là mais après on enquillait waterstarts et jibes ! Grand beau, je descends tranquille par le pays du Diois jusqu’aux alentours d’Alès avec halte baignade vers Aspres Après une montée pas triste à Navacelles par les gorges de la Vis, je trace pour le Salagou où je retrouve JM Lamandé du forum Félix pour l’apéro à Celles Pas besoin de pousser jusqu’à Ouagadagoudou pour avoir de la latérite et des oueds en crue ! Bivouac au Liausson de l’autre coté du plan d’eau . j’aime bien ce coin où l’on s’est arrêté des années durant au retour de destinations plus lointaines et on y a eu quelques bons coups de tramontane ;c’est aussi un super coin pour le vtt.


Journée glandouille pas terrible au Salagou :marin, moustiques, touristes et pêcheurs bruyants, crossmen mononeuronaux Je fais un peu le tour de la cellule car on va faire de la borne dans les 2 mois qui viennent :l’eau a gardé ce vilain gout chimique de Fécamp malgré les rinçages répétés et ne s’évacue pas bien, le frigo trimixte à fonds n’assure qu’un 12,5° en pleine chaleur et le ventilo a déjà rendu l’ame au second jour en mode automatique, le joint d’angle de porte est déjà décollé , la sonde de remplissage du réservoir d’eau usée est bloquée dans le rouge et le boiler ne démarre pas :bon on va en rester à la vieille technique utilisée depuis 20 ans :Quand les mouches se font trop pressantes,lavage dans la rivière ou douche solaire et on va pas se la jouer Paris Dakar car les lames renforcées Isuzu+400 kgs ne sont pas suffisantes pour supporter la cellule qui doit avoisiner les 650 kgs toute chargée . Un copain routier vu sur la route m’a dit en voyant mes lames s’inverser au stationnement devant chez lui en léger croisement de pont que ça allait péter , bon cool on verra bien...


Je retrouve par hasard des copains de glisse d’il y a 20 ans et embauche leurs gamins pour lancer le frisbee Apéro avec Annick et Yann "Camper" qui m’indiquent quelques bons spots à venir


Séance de trottinette matinale dans les roubines mauves au bord du lac, arrêt à Marseillan , puis descente vers Agde sur un spot indiqué par Yann :moreyboogie sur un beau petit swell régulier dû au vent d’est et apéro avec les paddle surfeurs locaux qui me confirment qu’on peut bivouaquer sur la digue


Le bord de mer est un peu pourrave avec ces clapiers pour touristes , truffées d’interdictions diverses et de barres à 2 m, mais on y trouvera un super frisbee pour chipie. Le soir bivouac obligatoire dans un camping près du port de Gruissan qui s’avérera un superspot à trottinette mais bon on est bien loin du spot des années 80 où on bivouaquait et "speedsailait" sur la plage et la navigation était autorisée dans l’avant port et je cause même pas des séances de glisse en bagnole ou moto autour de Mateille (c’était la rubrique vieux c...nostalgique) Sketch rigolo au camping des 4 vents où j’essaye de faire le plein d’eau mais je n’ai pas le robinet adaptable que "tout bon campingcariste se doit d’avoir, monsieur !"


Petite étape aujourdhui car je vais au meeting des cellules organisé en fin de semaine vers Rocamadour et je décide d’aller me poser à l’étang de Bages entre Narbonne et Peyriac de mer La piste permet de faire le tour et de rejoindre la route qui va à Bages même , très joli petit village mais la partie Nord de la Nautique est squattée par les momosexuels ce qui me vaudra quelques oeillades énamourées et me fera redescendre sur le spot de planche à voile moins sauvage mais plus classique ! un bon coin où bivouaquer et observer la faune avicole rare en 2011, un gamin qui apprends la planche à voile et non le kite aujourdhui pétole , le petit numérique couplé à la lunette d’observation est en fait très difficile à utiliser même avec un pied et un support de boitier et les clichés de qualité médiocre :aigrettes, flamands , huitriers pie seront les premiers oiseaux observés lors de ce périple qui réservera son lot d’observations animales La petite route sauvage qui relie Bages à Peyriac de Mer , bordée d’étangs, est toujours aussi belle et les moustiques toujours aussi agressifs ! Après une bonne sieste dans les vignobles écrasés de chaleur, Suzie trace la route plein Nord au hasard dans le parc du Haut Languedoc où le bivouac sera vraiment superbe Un chevreuil a détalé de l’arbuste de droite au moment où j’ai pris cette photo : la Chipie s’est payé un beau sprint mais on a mangé que des pates ce soir là Ballade au matin sur les crêtes, route sympa, douche solaire et halte à St Sernin ,apéro chez bruno et bivouac à Flavin :on prends le rythme des vacances Une vingtaine d’équipages s’étaient donné rdv au camping de la Mothe (qui à l’occasion était vêtue pendant le meeting ! ), sous l’impulsion d’olivier "Zarno" du forum dissident, que des bons gars :du breton en 250 swm, du belge qui saura y faire , du tarnais , des gars en Land (sympas quand même) et tous amateurs de jus de raisin ! et une soirée passionnante où l’impayable alain Coulomb , en partance pour un tour de monde avec son Land , nous a projeté son film sur l’Islande et m’a conforté dans mon choix pour ma prochaine destination C’est Dimanche, il fait beau je profite d’être au camping pour faire les pleins et un ménage complet et squizze la visite organisée au gavage de canards. Sandwiches , café , au revoir aux copains et je taille la route tranquille au sud ouest avec la chipie qui somnole sur le siège avant , épuisée par les 12 h de frisbbe non stop de la veille et bercée par la country. Je dégotte un petit bivouac champêtre de derrrière les fagots à 15 bornes d’Agen avec un castor (ou un ragondin) sur la berge d’en face qui m’observera un bon moment sous la pleine lune Grand bleu toujours, vu à plusieurs reprises écureuils , rapaces et chevreuils dans ce sud est très giboyeux ;4 h pour faire 25 kms "GPS" pour finalement ne jamais trouver un pote qui habite près d’Agen :homonymes de lieux , pas de couverture réseau, partie gps de l’Archos qui est pas au top et quand enfin je trouve la maison du copain , il n’est pas là et son portable ne réponds pas ! cap sur la mer allez je m’enfonce dans la forêt landaise pour la nuit On décolle au lever du jour car il y avait de gros tracteurs forestiers à l’entrée du chemin et je connais pas trop la législation locale (sans être parano , je suis toujours méfiant avec les sarkosbires ou apparentés ), café tartines en bord de ch’tite route avec des chevreuils dans la lumière matinale :superbe ! Les bains de mer , c’est bon à la santé pour les gars comme nous de la montagne qu’avons pas eu trop d’iode pendant notre croissance ! Chip étudie le rythme du swell avant de selancer Beau take off d’emblée , ce chien est doué et ça me donne envie de retoucher la vague :en revenant vers Biarritz en cabotant , j’atterris dans un surf shop cool où j’investis grave :des sandales , un short propre pour remplacer mon vieux Quicksilver et un surf d’occase : "Cowabunga !" Repas chez un pote surfeur enduriste à Vieux Boucau et on monte dormir dans la montagne à Ixtassou Après une halte technique à Cambo (essence, plein de Badoit et surtout Twinny gaz), je bascule sur le pays basque espagnol par une route très étroite , longue et sauvage où je choppe la pluie d’emblée mais où je verrai fugitivement sur le bord de la route une grosse masse rousse balançant du cul qui s’avérera être non pas une clémençon repeinte mais bien un ours , carrément ! vision magique arrêt sur les hauteurs de Leitza vers midi et bivouac en fin de compte ici, l’endroit s’avérant magique avec les troupeaux de mouton , la brume de pluie s’évaporant avec le retour du soleil "Ouais , mon premier steak à 55 ans ! ça a du bon le grand luxe en cuisine, me reste plus qu’à apprendre à faire la vinaigrette et j’accède à l’autarcie absolue, par contre l’apéro a été un peu arrosé :3 boarder-coolies, bonjour les dégats" C’est dans des moments comme celui ci qu’on touche vraiment du doigt le concept de la cellule après un bon café dans la brume , on se laisse descendre vers la vallée, météo pourrave, routes encombrées, je longe l’océan longuement puis tourne à droite pour rejoindre un petit bled indiqué par Yann qui a "fait " la Galice récemment. Superbe !, j’y passerai 2 jours , dérogeant au principe de base initial de ne pas rester plus d’une nuit au même endroit. "Ah ben c’est bêta ça , j’y cause pas la langue ?....mais je comprends les pictogrammes locaux indiquant les commodités Au matin le temps est gris , on plie le campement après un bon caoua +tartines, on ramarre la route principale et tombe après 500 mètres sur les barres du swell :la vache !, J’en ai jamais vu des si grosses ! (comme dirait ma voisine..)et j’ai pas surfé depuis 1988. Y’a déjà des surfeurs à l’eau et de bonnes grosses séries régulières . Bon , j’ai 55 ans demain , un ex bon niveau en funboard mais mon expérience de surfeur se limite à une dizaine de sessions aux Caraibes y’a plus de 20 ans, pas vraiment de bonnes conditions pour (re)débuter :La brume laisse place à un soleil éclatant ;"c’est un beau jour pour mourir ":je dégaine mon Malibu de la mort en polyéthylène, repense à ce que m’a dit Maitre Gatos :"suis ta line au feeling ", enfile mon shorty sporasub de 1978 sous les yeux ébahis et discrètement rigolards des locaux:Brice du Chinaillon dans toute sa splendeur. Je waxe mon ponton, étudie le couloir de remontée du spot:carrément rapide mais qui frole la falaise. Sawashié graaaave !, j’attaque très fort en me vautrant sur la mousse des rochers, même pas mal puis je me jette à plat ventre sur la board comme la naiade locale (sauf que moi j’ai 2 petites boules dans le short). Aie aie,remarque qu’avec l’eau à 15 ° la douleur passe vite. Bon y’a vraiment du monde à l’eau et pour pas gêner les dieux de la vague , je me colle 15 mètres plus haut. Très vite je vois arriver une très grosse vague, ai juste le temps de regretter de pas y être allé avec le morey boogie plus facile à maitriser, et je réalise que je suis pile au peak du monstre De Dieu , j’essaierai même pas de la surfer , je dévale tout le spot en "morey"poussé par la mousse et arrive sur la plage directos:j’ai choppé d’emblée la plus grosse vague de la journée ! La suite sera moins glorieuse et ferai s’arracher les cheveux au Duke lui même:take off minables et chutes , assommé par le flotteur , passage de mousse difficiles avec ce surf d’initiation trop plat et volumineux, crampe du mollet, contusion de la cheville et réveil de vieilles douleurs du ménixe dans l’aprême , les vagues diminuent franchement et on fait surfer la Chipie Vraiment un joli coin /Islangres avec ces montagnes bordant la ria où tournent les vautours , ces gros blocs rocheux posés dans la mer qui diffractent la houle et ce petit port fermé 21 mai, j’ai eu 55 ans à 2 h du mat mais ce matin en me levant j’en avais 250 ! cassé complet et un bivouac très bruyant avec tous les surfeurs et leurs chiens qui ont dormi sur le parking Pratique le petit convertisseur sinusoidal permettant de faire fonctionner sans problème le chargeur du Pentax. Le swell est plus petit et bien régulier, je choppe quelques vagues malgré les courbatures et mets le cap sur les Pics d’Europe Le chien roupille , bien fracassé par les séances de surf et de frisbee dans les vagues On évite Santander et prends la petite route de Cangas de Onis et se pose dans un petit camping ombragé où la douche sera longue et appréciée et la séance de remplissage d’eau de Suzie se terminera avec un bon gag : l’embout clipsable se détache avec la pression et part dans le tuyau de remplissage. impossible de l’extraire sans tout démonter et le reste du séjour se fera avec des remplissages lents et laborieux 220 volts aidant , je me fais une petite soirée tv vidéo avec le surf movie mythique "Endless summer 2" tandis que la pluie tambourine toute la nuit. nb:au premier plan , l’embout de tuyau que "tout bon camping cariste se doit de posséder"


Temps pourri et la région sûrement très belle ressemble en fait à un mix d’Auvergne et de Préalpes : 2 régions que j’apprécie mais connait bien:allez zou , après une concertation rapide avec le chien , on se casse à l’ouest et vers la mer et de toute façon ça fait déjà 2 semaines qu’on a quitté le port et on est pas encore en Galice , le but initial du voyage. La suite des aventures extraordinaires de Brice et Serpi ICI